vendredi 13 juillet 2007

Petit guide touristique à l'usage des provinciaux

A chaque fois, c'est la même histoire : les gens qui ne connaissent pas Paris débarquent comme des fleurs au volant de leur berline [*] et se permettent de critiquer abondamment la circulation.

Voici donc un petit guide à l'usage de nos amis de province, afin d'éviter les malentendus.

Tout d'abord inutile de faire 3 fois le tour de votre voiture en repartant : comme vous avez laissé une place suffisante devant et/ou derrière vous pour garer une moto (voire une Smart), quelqu'un en aura profité pour élargir sa place. Et comme vous avez trop serré votre frein à main, votre pare-choc est sacrément enfoncé. Dans le meilleur des cas (sinon un scooter vous a emporté un rétroviseur, ou une nuée de pigeons vous a pris pour cible). Bref, votre voiture reviendra avec un souvenir.

Bien entendu je comprends votre agacement car vous avez mis une bonne demi-heure à trouver une "vraie" place. De mon expérience, tout emplacement laissé libre est une place potentielle - sauf les couloirs de bus, qui sont réellement nettoyés.

Notons qu'à Paris les places de stationnement ont une durée de vie négative : lorsque vous marchez sur le trottoir avec vos clés de voiture en main, quelqu'un vous a déjà repéré. Ce qui explique pourquoi vous n'avez aucune chance de tomber "par hasard" sur une place libre.

Vous avez sûrement réussi à acheter la carte à puce spéciale stationnement (bravo, je ne sais même pas où on la trouve). Dommage car elle a une date de validité et coûte 10 euros - alors que l'amende (potentielle) en coûte 11.

Quelques règles de circulation élémentaires :

  • Celui qui tourne n'a pas la priorité. D'ailleurs celui qui doit ralentir ou qui hésite perd automatiquement sa priorité.
  • Le taxi a toujours la priorité.
  • Le bus suit la priorité standard du code de la route (oui je sais ça peut surprendre surtout lorsqu'il quitte son arrêt).
  • Le vélo n'est soumis à aucune règle de priorité. Il peut par exemple circuler de nuit à contresens dans une voie étroite, ou rédiger un SMS en pédalant (deux exemples authentiques), et quand même vous engueuler.
Le scooter quant à lui résulte des fluctuations quantiques du vide dans les interstices existant parfois dans la circulation. Comme tout objet quantique, il est impossible de connaitre à la fois sa position et sa vitesse.

Ce corpus de règles n'étant pas cohérent, il reste des cas aux limites non déterministes. De nombreuses expériences sont menées actuellement, consistant à injecter dans un accélérateur (appelé "couloir de bus") les 4 objets précédents afin de provoquer des collisions hautement énergétiques - dans l'espoir secret de produire un jour la théorie de l'unification de toutes les priorités.

Tentative qui risque d'être remise en question par l'arrivée de la particule "tramway" dont les propriétés sont encore inconnues.

Ah oui, et pour les contraventions, vérifiez que le numéro de plaque est le bon : votre voisin vous a peut-être refilé la sienne en douce, comme il sait que vous les payez.

[*] Seul le Parisien roule en 4x4.

2 commentaires:

Bruno Kerouanton a dit…

Marrant, ton billet tombe à pic, j'ai fait un tour en voiture provinciale ce weekend pour le feu d'artifice, car j'ai fait le guide touristique à des amis qui étaient de passage sur Paris. Et ils ont pu constater point par point tout ce qui est écrit ici !!!

Anonyme a dit…

et ne pas utiliser sa voiture à Paris... hum, peut-être pas une si mauvaise idée ;-)
erk.